J’ai lu, en 2016 (#02).

aristote et dante qui es tu alaska les apparences le livre de perle
Après un début d’année littéraire relativement très bon (souvenez-vous), voici la suite de mes lectures. Au programme, beaucoup de Young Adult et un thriller psychologique.

Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers, Benjamin Alire Sáenz

4/5
4/5

Résumé

Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n'ont a priori rien en commun. Pourtant, ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais... C'est donc l'un avec l'autre, et l'un pour l'autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l'univers.

J’ai lu ce roman en suivant les conseils de Fairy Neverland, qui l’a absolument adoré (j’arrive après la bataille d’ailleurs…). Quelle belle histoire ! Quels personnages ! Quelle amitié !

Les deux personnages principaux (Ari et Dante) sont super attachants. Ils ne se ressemblent pas, mais la relation qui en découle est tellement belle. J’ai adoré découvrir leurs familles respectives. L’évolution du ressenti d’Ari vis-à-vis de ses parents, sa rencontre avec Legs, sa relation avec les autres… Puis, la proximité de Dante avec sa famille, les épreuves qu’il traverse, ses lettres…

L’auteur fait tomber les clichés sur les mexicains, ça change. L’amitié d’Ari et Dante est très belle, toute en simplicité, mais avec ses hauts et ses bas. J’ai beaucoup aimé lire leurs échanges, enfin quelque chose de réaliste ! L’histoire ne casse pas trois pattes à un canard mais c’est ce que j’aime. On n’a pas un énorme suspens de fou, mais l’histoire et la plume font qu’on a envie de tourner les pages. Ça se lit trop vite.

C’est unique et c’est intense. Et ça fait du bien.

Everyone was always becoming someone else.

Le livre de Perle, Timothée de Fombelle

4/5
4/5

Résumé

Il vient d'un monde lointain auquel le nôtre ne croit plus. Son grand amour l'attend là-bas. Aura-t-il assez de toute une vie pour trouver le chemin du retour? Ceux qui l'ont banni sont résolus à l'en empêcher. Une exaltante aventure embarquant aux sources de l'imaginaire, éblouissante ode à l'amour, à la magie de la mémoire.

Rien que le titre est poétique, imaginez le reste ! C’est beau, c’est fluide, c’est bien écrit. Il s’agit de mon premier roman de Timothée de Fombelle.

J’ai été un peu perdue au début : ça part dans tous les sens, il y a beaucoup de personnages, des univers complétement différents… J’avais du mal à faire le lien entre tout ça. Mais passé la centaine de pages, c’est un régal, les mots glissent, et même si on ne comprend pas tout, on sent les événements s’articuler entre eux.

Perle, le personnage principal, est déroutant et terriblement attachant. J’ai adoré le voir évoluer dans le Paris du milieu du XXe siècle, repartir de zéro et s’attacher à sa nouvelle famille. J’ai habituellement beaucoup de mal avec les récits qui se déroulent durant l’une ou l’autre des deux guerres mondiales. Bizarrement ici, j’ai adoré !

Ce livre, c’est un poème. On le savoure comme un bonbon qu’on laisse en bouche. Il compte à peine 300 pages, mais on le fait durer, encore un petit peu. La plume de Fombelle est sublime, toute en délicatesse.

C’est à cause de la douceur de certains instants dans notre monde qu’il se répéterait toute sa vie que, pour conserver en lui le désir de partir, il devait garder son chagrin vivant.

2/5
2/5

Qui es-tu Alaska ? John Green

Résumé

Miles Halter a seize ans et n'a pas l'impression d'avoir vécu. Assoiffé d'expériences, il décide de quitter le petit cocon familial pour partir loin, en Alabama, au pensionnat de Culver Creek. Ce sera le lieu de tous les possibles. Et de toutes les premières fois. C'est là, aussi, qu'il rencontre Alaska. La troublante, l'insaisissable et insoumise, drôle, intelligente et follement sexy, Alaska Young.

J’avais déjà lu Nos étoiles contraires et La face cachée de Margot de cet auteur. J’avais adoré le premier, détesté le deuxième. Je ne savais donc pas trop à quoi m’attendre avec Qui es-tu Alaska ? A priori, vu le synopsis et les premières pages, ça partait plutôt bien. J’ai bien aimé le personnage principal et l’ambiance internat du lycée. Mais qu’est-ce qu’Alaska m’a énervé. Mais, à la limite, ça pouvait quand même passer.

Et puis il y a eu le gros tournant du livre… et j’ai décroché ! Je l’ai fini parce que je n’aime vraiment pas abandonner un livre. C’est surtout l’intrigue (qui ne m’intriguait pas du tout) et toute cette fascination autour d’Alaska qui m’ont lassé, parce que sinon j’ai adoré le style de narration, l’amitié entre les personnages, la vie du lycée, les cours de philo, le caractère du principal…

Mais ce message « pour être un ado cool, il faut boire, fumer et aimer le sexe à outrance » a le don de m’énerver. John Green a l’air fasciné par le schéma de la fille complètement barrée, inatteignable mais tellement cool…

Les apparences, Gillian Flynn

4/5
4/5

Résumé

Amy et Nick forment en apparence un couple modèle. Victimes de la crise financière, ils ont quitté Manhattan, leur vie aisée, leur travail dans la presse, pour s'installer dans une petite ville du Missouri. Le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, Nick découvre dans leur maison un chaos indescriptible. Et aucune trace de sa femme. L'enquête prend vite une orientation inattendue et Nick devient bientôt un suspect idéal. Alors qu'il essaie désespérément de son côté de retrouver sa femme, il découvre qu'elle aussi lui dissimulait beaucoup de choses, certaines sans gravité, d'autres bien plus inquiétantes.

Alors pour du thriller psychologique, c’est du thriller psychologique ! C’est un pavé, mais ça se dévore. Le titre en français est tellement plus vrai que le titre de la VO (« Gone girl »), et prend tout son sens au fil des pages.

J’ai trouvé les personnages très profonds, et très bien approchés par l’auteur. Nick et Amy forment vraiment un couple étonnant, avec chacun leurs (gros) défauts. J’ai bien aimé l’alternance de points de vue, le coup du journal d’Amy est vraiment génial, les pensées de Nick au fil de l’enquête nous troublent. L’auteur a le don de semer le doute. J’ai changé un nombre incommensurable de fois d’avis sur les personnages, c’est super bien ficelé !

L’ambiance est lourde, on a vraiment l’impression d’être dans l’histoire, de ressentir le malaise des personnages.

J’ai « lu » ce livre en audiobook – le tout premier – et la narration d’Odile Cohen et de Julien Chatelet est très convaincante. C’est peut-être stupide à dire, mais on sent qu’ils ne font pas que lire, j’ai vraiment eu l’impression d’entendre Nick et Amy, pas Julien Chatelet et Odile Cohen – et ça a peut-être contribué à l’impression que j’ai eu du livre.

J’ai trouvé la toute fin un petit peu décevante, dans le sens où ce n’était pas assez whaou comparé à tout le reste. Mais il n’empêche que c’est une très très bonne lecture !

Tampon commercial, detergent commercial, maxi pad commercial, windex commercial – you’d think all women do is clean and bleed.

 

Je continue donc sur ma lancée avec trois très bonnes lectures et une déception. J’ai également découvert le livre audio et ce ne sera certainement pas le dernier ! Je n’ai pas l’habitude d’enchainer les livres du même genre (ici, trois Young Adult), je vais essayer de diversifier mes lectures par la suite. Pour suivre de plus près mes lectures, retrouvez-moi sur Goodreads, j’essaye d’y être assez active.

Et vous, connaissez-vous les livres audio ? Des titres à me conseiller ?
Avez-vous lu un de ces quatre romans ?

2 Comments on J’ai lu, en 2016 (#02).

  1. Il m’inspirent tous autant les uns que les autres surtout les deux premiers, j’en entends encore beaucoup parler malgré le fait qu’il soit sortit il y a déjà un petit moment ! J’ai déjà testé la lecture audio et c’est très sympa, j’ai écouté cyanure de Camilla Lackberg. En ce moment je lis Quand souffle le vent du nord et j’ai du mal à le terminer…

    • Je te conseille vivement Aristote & Dante, c’est vraiment vraiment chouette !
      J’ai lu Cyanure (en livre papier), j’ai bien aimé mais sans plus.
      Merci pour ton passage 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *