J’ai lu, en 2016 (#04) : challenge #5books7days.

covers lecture 4
Du 22 au 28 février a eu lieu sur Instagram le #5books7days challenge qui, comme son nom l’indique, consistait à lire cinq livres en sept jours. Un peu ambitieux de prime abord, mais rien ne nous empêchait de lire des petits livres, ce que j’ai fait, pour mettre toutes les chances de mon côté. Voici donc une petite revue de ces cinq livres.

Le vieux qui lisait des romans d’amour, Luis Sepúlveda

le_vieux_qui_lisait_des_romans_damour
5/5

Résumé

Antonio José Bolivar connaît les profondeurs de la forêt amazonienne et ses habitants, le noble peuple des Shuars. Lorsque les villageois d’El Idilio les accusent à tort du meurtre d’un chasseur blanc, le vieil homme se révolte. Obligé de quitter ses romans d’amour ? seule échappatoire à la barbarie des hommes ? pour chasser le vrai coupable, une panthère majestueuse, il replonge dans le charme hypnotique de la forêt.

J’ai découvert Luis Sepúlveda il y a quasiment 15 ans avec L’histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler (que j’avais adoré) et j’ai retrouvé celui-ci dans ma bibliothèque chez mes parents (j’ai du l’acheter il y a 6-7 ans). Je me suis dit que le #5books7days challenge était une très bonne occasion de le lire.

Sans suspense, quel coup de cœur ! Honnêtement, l’intrigue ne me tentait pas des masses, mais finalement, j’ai complètement accroché. Le style de Sepúlveda est toujours aussi délicieux et ses personnages tout aussi attachants. J’aime quand un roman démarre vite, et va droit au but : c’est complètement le cas ici. Ça commence vite, et bien. Concernant l’ambiance, j’ai vraiment eu l’impression d’y être, et pourtant, la forêt amazonienne ne me fait pas rêver. La fin est juste superbe. Franchement, je n’ai rien détesté dans ce livre : j’ai absolument tout aimé. Un énorme coup de cœur !

Antonio José Bolivar préférait ne plus penser, laissant béantes les profondeurs de sa mémoire pour les remplir de bonheur et de tourments d’amour plus éternels que le temps.

Désaccords imparfaits, Jonathan Coe

désaccords_imparfais
3/5

Résumé

Quatre pièces courtes pour rire et rêver, quatre variations sur nos vies incertaines, où rien n’est jamais achevé – pas même le malentendu. Au clavier, Jonathan Coe avec sa petite musique qui nous piège pour mieux nous enchanter.

Sur les quatre nouvelles, j’en ai trouvé deux très moyennes (Journal d’une obsession et Version originale), une correcte (Ivy et ses bêtises) et une très bonne (9e et 13e).

C’est court, c’est simple, c’est beau. Ce qui m’a le plus plu, c’est la plume, que j’ai trouvé vraiment magique. Je ne connaissais pas du tout Jonathan Coe, et je suis donc ravie de pouvoir dire que son style me parle totalement. De même, ses personnages sont globalement intéressants et attachants.

J’ai personnellement un peu de mal avec les nouvelles : je préfère que les histoires durent. Du coup, ici, c’est presque survolé (et c’est normal) et pile au moment ou j’accroche, c’est la fin.

Pour autant, c’est une belle petite lecture qui détend.

 

L’oeil du loup, Daniel Pennac

3/5
3/5

Résumé

Dans un zoo, un enfant et un vieux loup borgne se fixent, œil dans l’œil. Toute la vie du loup défile au fond de son œil : une vie sauvage en Alaska, une espèce menacée par les hommes. L’œil de l’enfant raconte la vie d’un petit Africain qui a parcouru toute l’Afrique pour survivre, et qui possède un don précieux celui de conter des histoires qui font rire et rêver.

Je n’avais pas lu le résumé avant de lire ce petit livre, et je ne m’attendais pas du tout à ça. C’est clairement un roman jeunesse, mais c’est vraiment beau, même pour un adulte. L’histoire est assez étrange, presque magique. J’ai adoré la première partie, moins la deuxième.

En revanche, j’ai eu un peu de mal avec la plume ; si l’histoire convient parfaitement à un enfant d’une dizaine d’année, je ne suis pas sure que le style narratif soit assez explicite. Personnellement, je ne pense pas que mon moi de dix ans aurait compris toutes les subtilités que l’auteur glisse.

Malgré tout, c’est un beau livre, tout mignon, et visiblement un incontournable de la littérature jeunesse !

 

Mémoires sur la vie privée de Marie-Antoinette, Madame Campan

3/5
3/5

Résumé

Née Jeanne-Louise-Henriette Genet, Madame Campan (1752-1822) entre comme lectrice à la cour de Louis XV avant de devenir femme de chambre de Marie-Antoinette en 1770. En 1794, elle fonde un pensionnat pour jeunes filles, puis accepte la direction de la maison d'éducation de la Légion d'honneur. Elle laisse plusieurs ouvrages parmi lesquels une correspondance avec Hortense de Beauharnais qui fut son élève.

Je suis passionnée de Marie-Antoinette depuis que j’ai appris son existence au collège, en cours d’histoire. Pourtant, à part la biographie d’Antonia Fraser, lue il y a une dizaine d’années, ma culture littéraire sur ce personnage est complètement absente. Je ne sais plus comment j’ai mis la main sur ce petit livre, mais pour 2€, je n’allais pas me priver !

On suit donc Marie-Antoinette depuis son arrivée à Versailles jusqu’à la naissance de son premier enfant. Mme Campan, femme de chambre de la reine, défend Marie-Antoinette des rumeurs qui couraient à son sujet. On sent des fois qu’elle exagère ses propos et qu’elle cache des affaires négatives : elle est fidèle à la reine et essaye de peindre un portrait valorisant.

C’est bien écrit, j’avais un peu peur de m’y perdre mais le style reste très actuel. J’ai beaucoup aimé certaines anecdotes comme celle du lever ou des balades nocturnes lors de la première grossesse de la reine. J’ai moins aimé toutes les affaires de politique et les relations compliquées entre les différents ducs/duchesses, comtes/comtesses, princes/princesses… La faute à mon manque de connaissances historiques : j’ai été complètement perdue sur certains passages.

Néanmoins, si vous aimez Marie-Antoinette et que vous connaissez un minimum sa vie, ça peut être une bonne lecture !

 

La Reine des Neiges et autres contes, Hans Christian Andersen

3/5
3/5

Résumé

Lorsque le miroir déformant du diable se brise, des milliers d’éclats se répandent sur la Terre. Quiconque en reçoit un dans l’oeil se met à voir tout en noir, et s’il se fiche dans le coeur, celui-ci se change en bloc de glace, attirant la Reine des Neiges. C’est ce qui arrive au petit Kay, enlevé par la froide souveraine et retenu prisonnier dans son palais. Mais son amie Gerda part à sa recherche, rencontrant en chemin magiciens, brigands et princesses.
Ce recueil rassemble cinq contes parmi les plus célèbres d’Andersen : La Reine des Neiges, La Petite Poucette, La Cloche, Les Fleurs de la petite Ida et Les Cygnes sauvages, qui entraînent le lecteur dans un univers enchanté qui n’a pas pris une ride.

Dans un premier temps, il faut occulter tout ce que l’on croit connaître sur La Reine des Neiges avec le film de Disney. On est à des années lumières du conte d’Andersen (d’ailleurs, dans la version originale du film, il n’est pas question d’une quelconque reine des neiges et le titre est tout simplement Frozen).

J’ai lu l’intégralité du recueil, mais je vais me focaliser ici sur celui de La Reine des Neiges. Si, globalement, l’intrigue et les personnages m’ont laissé presque de marbre, j’ai été captivée par l’ambiance glaciale. J’ai vraiment eu l’impression d’avoir froid durant cette lecture ! Le style narratif est très beau, tout en poésie.

Les autres contes ne m’ont pas particulièrement touchés, si ce n’est La Petite Poucette que j’ai trouvé absolument sublime.

Même si ce n’est pas une très très bonne lecture, je suis contente d’avoir enfin découvert la vraie histoire de La Reine des Neiges. Rien que pour ça, il est à lire !

 

Je ne vais pas vous cacher que lire en sept jours cinq livres, même courts, est assez sportif pour moi. J’aime lire, mais j’aime prendre mon temps. Cependant, ça fait un bien fou de découvrir cinq livres en aussi peu de temps et ça permet de belles découvertes. Pour moi, ça a été un énorme coup de cœur et quatre bonnes lectures. Un bon bilan en somme !

Et vous, vous avez participé ?
Lire cinq livres en sept jours, facile ou insurmontable ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *