J’ai lu, en 2016 (#01).

fille-du-train-eleanor-and-park-soie-passe-miroir

Voici mes quatre premières lectures de 2016, et on commence fort avec un peu de thriller, du classique, du young adult et de la fantasy.

La fille du train, Paula Hawkins

La fille du train
4/5

Résumé

Rachel prend le train deux fois par jour. Chaque jour elle est assise à la même place et elle observe une maison, qu’elle connaît par cœur. Elle a même donné un nom à ses occupants : Jason et Jess. Un couple qu'elle imagine parfait. Mais un matin, elle découvre un autre homme que Jason à la fenêtre. Jess tromperait-elle son mari ? Quelques jours plus tard, elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme a disparu...

C’est une histoire très poignante avec un déroulement assez inattendu. J’ai beaucoup aimé lire les trois points de vue différents : celui de Rachel, de la fenêtre de son train, celui de Megan/Jess, la victime, et celui d’Anna, la nouvelle femme de l’ex de Rachel. Cette façon de découper l’intrigue, ainsi que les récits quotidiens (matins et soirs), donne un vrai rythme à la narration. C’est assez étrange de suivre l’enquête de point de vue de Rachel, qui est un personnage complètement paumé et psychologiquement très fragile. On ne sait pas si on peut lui faire confiance, elle oublie tout et n’est jamais sûre de rien. D’ailleurs, j’ai eu des sentiments assez contradictoires à son égard : elle fait de la peine, on a envie de la secouer, mais elle est aussi insupportable. Anna est également assez mystérieuse à sa façon, on a envie de la détester, mais en même temps, on sent qu’elle a un bon fond et que ses actions tombent sous le sens. Le récit de Megan, qui commence quelques mois avant sa disparition, nous donne peu à peu les clés de l’intrigue.

En revanche, j’ai trouvé dommage de découvrir le coupable assez tôt dans ma lecture. J’aurai aimé un effet un petit peu plus waouh. Du coup, la fin arrive un peu comme un cheveu sur la soupe, c’est dommage.

Malgré tout, c’est un très bon roman. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est « un triller exceptionnel » comme le vendent les critiques, mais c’est quand même un livre dont l’intrigue sort de l’ordinaire. Je pense que, au-delà de l’histoire, les personnages donnent tout son sens au roman.

I have lost control over everything, even the places in my head.

Eleanor and Park
5/5

Eleanor & Park, Rainbow Rowell

Résumé

Etats-Unis, 1986. Eleanor est une lycéenne trop rousse, trop ronde et est harcelée par tout le monde au lycée. Dans le bus scolaire, elle a l'habitude de s'asseoir à côté de Park, un garçon timide, qui l'ignore poliment. Peu à peu, les deux lycéens vont se rapprocher, liés par leurs passions communes pour les comics et les Smiths.

Cœur avec les mains pour ce petit bijou de la littérature jeunesse ! Je suis tombée amoureuse de ce petit couple tout mignon. J’ai trouvé Eleanor et Park tellement, mais tellement touchants ! Eleanor est différente, mais elle s’en fout. Elle s’habille comme elle veut, fait ce qu’elle veut, peut-importe ce que diront les autres. Elle a une histoire pas facile. Park, lui, est plus ordinaire. Il est discret, mais ami avec les gens « populaires » du lycée. Il a une famille assez normale et une vie calme. Les deux s’apprivoisent, au fil des trajets en bus.

Leur histoire est toute mignonne, toute en détails et attentions. J’ai eu l’impression d’être cachée au-dessus d’eux dans le bus, d’écouter les cassettes audio avec Eleanor et de sélectionner les comics avec Park.

La narration est absolument sublime. Les phrases sont simples, pas grandiloquentes, à l’image de la relation des deux lycéens. L’alternance des points de vue rythme merveilleusement bien l’histoire et donne une importance égale aux deux personnages (j’avais un peu peur, qu’à cause de son histoire, Eleanor soit mise plus en avant. Et bien non.). Je suis un peu frustrée par la fin (genre le 5 dernières pages et surtout, surtout la dernière phrase). Mais le reste est tellement bon, que finalement, la fin, ça n’a pas d’importance.

Cette lecture, c’est un grand coup de fraîcheur, une claque d’amour et des papillons dans le ventre.

And when Eleanor smiled, something broke inside of him.
Something always did.

Soie
4/5

Soie, Alessandro Baricco

Résumé

Voyageur en quête d'œufs de vers à soie, Hervé Joncour se voit contraint, pour sauver les industriels de son village, d'effectuer une expédition ''jusqu'au bout du monde''. Or, en 1861, la fin du monde, c'est un Japon qui sort à peine de son isolationnisme, et, qui plus est, de mauvaise grâce. Et c'est au Japon que la vie du héros prend un tour nouveau en croisant celle d'une femme mystérieuse.

Je ne m’attendais pas du tout à aimer un roman qui parle (entre autres) de vers à soie… Et pourtant !

C’est une très belle lecture. L’histoire n’est, en soit, pas exceptionnelle, mais la plume est sublime ! Il y a des passages absolument magnifiques et déroutants. Les descriptions sont belles, et les détails qui peuvent sembler insignifiants donnent une puissance au récit. J’ai trouvé le personnage principal, Joncour, assez quelconque. Mais ça marche bien : il a besoin d’être quelconque.

J’ai absolument adoré les passages de voyage entre la France et le Japon et ces séries d’énumérations. J’ai envie d’afficher ces belles phrases au-dessus de mon bureau.

C’est un petit livre que l’on savoure comme un chocolat chaud ou comme un coucher de soleil.

Mille fois il chercha ses yeux, et mille fois elle trouva les siens.

2/5

Les fiancés de l’hiver (La Passe-Miroir #1), Christelle Dabos

Résumé

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur Anima quand on la fiance à Thorn, du clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.

J’avais lu absolument partout que c’était LE roman de littérature jeunesse à lire, parce que c’était un genre tout à fait nouveau et étonnant. Que c’était sûr, tout le monde allait adorer. Je l’ai vu partout ce livre, et la couverture accrochait mon œil à chaque fois. Mais, en lisant le synopsis, ça ne me disait absolument rien. Et puis, je l’ai vu à la bibliothèque, je l’ai emprunté et je l’ai commencé le soir même.

En effet, c’est un genre tout à fait nouveau. Je ne me souviens pas d’avoir lu quelque chose d’aussi original depuis bien longtemps. Mais c’est absolument le seul point positif que je lui trouve. J’ai trouvé ça tellement, mais tellement long… Je n’ai pas apprécié les personnages, surtout Ophélie, que j’ai trouvée insupportable et fade. J’ai trouvé tellement dommage qu’on ne fasse que survoler le personnage de Thorn. C’est le seul personnage que j’ai trouvé un peu intéressant.

Je reconnais que l’univers est magnifique, il y a un gros travail sur l’ambiance, ça c’est indéniable. J’ai adoré Anima, pour le peu qu’on en ait vu, mais je ne me suis pas projeté au Pôle et à la Citacielle. Je ne sais pas pourquoi, mais je n’arrivais pas à imaginer le décor.

La plume est belle, mais je l’ai trouvé trop alambiquée par moment. J’ai eu l’impression que l’auteure plaçait des tournures de phrases et des mots compliqués, juste pour faire bien, pas pour l’histoire. Et j’ai trouvé l’intrigue tellement longue. J’ai l’impression qu’il ne se passait quasiment rien. Je donnerai peut-être sa chance au tome 2, mais pas dans l’immédiat, j’ai besoin de digérer ma déception.

 

Déjà un premier coup de cœur pour cette année 2016, mais également ma première déception. Pour suivre de plus près mes lectures, retrouvez-moi sur Goodreads, j’essaye d’y être assez active.

Vous arrive-t-il de sentir que vous passez complètement à côté d’un phénomène,
comme c’est le cas pour moi avec Les fiancés de l’hiver ?

Quelles sont vos dernières lectures ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *